Frenay, Christiane

Christiane Frenay

Originaire d’un petit village situé dans le sud de la France au bord de la Méditerranée, Christiane Frenay est d’ascendance catalane. Née en 1940 dans le Roussillon en France,  elle est la fille du peintre Jean Malé (1914-1991), et un jardin porte son nom depuis janvier 1997 à Villeneuve-de-la-Raho. Elle entre à l’École des Beaux-Arts de Perpignan  à 16 ans. Dès 1959, ce sera à l’École des Beaux-Arts de Toulouse jusqu’en 1962 qu’elle poursuivra sa formation.

L’enseignement technique et académique qu’elle a reçu lui permet de s’engager dans le dessin, la peinture à l’huile, la gravure et la sculpture.

Encore élève, Christiane Frenay gagne un deuxième prix national de peinture dans un concours organisé conjointement par la maison J. M. Paillard et la Ville de Paris.

Après des études à l’École des Beaux-Arts de Toulouse, elle part vivre en Tunisie où elle travaille pour le Ministère des Affaires Culturelles au Musée de Kef. Elle y restera une dizaine d’années, période durant laquelle elle voyagera énormément.

En 1970, elle part s’installer au Canada, à Montréal où il y vit depuis ce temps.

« Qui sont tous ces visages graves qui hantent vos peintures? »,  demande-t-on un jour à Christiane Frenay. « C’est moi que je peins, répondit-elle. Je ne peux m’empêcher d’exprimer des interrogations multiples face au monde qui m’entoure, au monde qui est en moi. »

Le ton est donné. L’œuvre de Christiane Frenay est avant tout une démarche philosophique, liée à une exigence spirituelle: le pourquoi de tout cela, l’au-delà de tout cela. « Chaque peuple tente à sa manière, à travers des rites, des croyances, des symboles, d’exorciser ce questionnement à la fois angoissant et moteur », ajoute-t-elle.

Partout le travail de la mémoire impétueuse et de la raison ordonnatrice s’impose, qui associe dans une harmonie magnifiée des éléments aussi divers que les paysages catalans de l’enfance, les talismans dogons, les ornements des femmes de l’Afrique du nord.

La confrontation des antagonismes fondamentaux est dépassée par un élan vital qui jaillit dans chaque œuvre de Christiane Frenay. Une sensualité vibrante, toute en courbes et ondulations, baigne  le tout dans une mouvance aquatique perpétuelle. « Je ne pourrais pas tracer des lignes droites qui iraient droit au but, précise l’artiste. C’est trop définitif, trop mathématique. Tout est trop incertain, rien n’est jamais définitivement établi. Tout flotte: les cheveux, les parures, les souvenirs… »

L’interrogation du mystère est soulignée par un choix de titres énigm,atiques qui renvoient aux grands mythes édificateurs des civilisations: Iklamide, Rosa et Aura,  Les doigts de Dieu, La Vie est ailleurs, Où serons-nous demain?, Vase rituel pour suite en eau profonde, Aspholèdes, Océanides…

Christiane Frenay compte plusieurs expositions solo  et collectives partout dans le monde.

Biographies des artistes