Blanche Bolduc

Blanche Bolduc

1907-1998
Blanche Bolduc est née en 1907 à Baie-Saint-Paul. Elle est peintre autodidacte et reconnu comme peintre populaire. Elle a commencé à peindre en 1966. Avant cette date, elle  aidait sa sœur Yvonne dans tous ses travaux d’art, tapis crochetés et sculptures. Après un premier été de travail, elle expose à Québec et à Chicoutimi. Blanche Bolduc aime peindre des scènes québécoises animées de personnages. La matière, les couleurs et le dessin de ses tableaux donnent une impression de vivacité et une expression fortement personnelle.

À partir de 1966, Blanche Bolduc expose régulièrement dans différentes galeries du Québec et de l’Ontario et deux expositions en France en 1972 et 1976 qui la font connaître à l’extérieur du pays. Elle obtient la médaille d’argent de l’Académie des Arts, Sciences et Lettres à Paris en 1976. Les œuvres de Blanche Bolduc sont présentes dans de nombreuses collections publiques et notamment au Musée national des beaux-arts de Québec, au Musée McCord de Montréal, au Musée de Charlevoix, à l’Université McGill, à la Galerie Nationale d’Ottawa ainsi que dans de nombreuses collections personnelles.

Blanche Bolduc est décédée après une courte maladie en février 1998. Elle était âgée de 90 ans.

Marie-Cécile Bouchard

Famille Bouchard de Charlevoix

Marie-Cécile Bouchard

C’est par un beau jour de septembre 1909 que

Joseph Bouchard et Alda Tremblay

 viennent s’établir au Moulin César, une vieille maison de pierres, de style canadien, située dans le rang de la Goudronnerie à Baie-Saint-Paul.

C’est près d’une petite rivière qui fournissait la force motrice du moulin à scie, du moulin à farine et du moulin à foulon que ce couple élève leur famille de quinze enfants.

Le père est un industriel, un menuisier et même un cordonnier. Il fabrique des chaussures ornées de différents motifs. Pendant la saison froide, il sort ses outils et sculpte des jouets, découpe, dans l’écorce du bouleau, ses dessins: un cheval, une vache et un oiseau, à la demande des enfants. Dès qu’un enfant peut se servir d’un couteau, il lui en procure un, pour « gosser » disait-il.

La mère est une « Reine au foyer » de son époque avec une habileté artisane accomplie. Elle coud, tricote et peint des motifs à tapis enjolivés de fleurs et d’animaux.

Marie-Rosée Bouchard     1910-1994

Marie-Rosée, l’aînée, dès ses études primaires terminées, s’adonne aux soins de ses frères et soeurs. Elle aide sa jeune soeur Mary dans les travaux de tapis crochetés.

Rosée se marie à 26 ans à Léonidas Tremblay, cultivateur. Elle eut 8 enfants dont quelques uns oeuvrent dans le domaine artistique. Elle peignit, à 70 ans, quelques toiles dont elle fit cadeaux à ses enfants.

Mary Bouchard     1912-1995

Mary est peintre populaire. Elle débute par des dessins pour faire des tapis crochetés. Elle peint pendant une quinzaine d’années. Elle sent la valeur d’une couleur, ou d’un trait. Elle est connue à l’étranger et ses toiles ont été exposées dans plusieurs villes de États-Unis, du Brésil et dans certaines villes canadiennes. Ses plus belles toiles sont en possession de grands collectionneurs comme monsieur Patrick Morgan. Elle décède à 33 ans d’une maladie du coeur.

Albert Bouchard     1913-1920

Emma Bouchard      1914- 1920

Joseph-Stanley Bouchard     1916…

Joseph Stanley, dès l’âge de 15 ans, s’adonne à la sculpture. Il reproduit le Moulin à foulon, des animaux, la Vierge, le Père Éternel, des oiseaux, des légendes, etc. Il participe à de nombreuses expositions. Il opte pour le célibat.

Annette Bouchard      1918-1977

Annette s’adonne, dès son primaire au soin de ses frères et soeurs. Elle maniait l’aiguille et était une habile dentellière. Elle fabriquait des motifs de gâteaux spéciaux. Elle entra chez les Antoniennes de Marie où elle oeuvra auprès des prêtres.


Marie-Cécile Bouchard     1920-1973

Marie-Cécile est peintre populaire. Elle connaît une carrière éblouissante comme peintre. Ses sujets sont puisés dans Charlevoix. Elle entre chez les Antoniennes de Marie et disparaît pendant 23 ans. Elle revient en 1970. Elle suit des cours en Beaux-Arts. Ce fut un désastre! Elle revient au style naïf. On la surnomme « le peintre des traditions quotidiennes ». Elle expose à Montréal, Rio de Janeiro, Paris et New York.

Laure-Marie Bouchard     1922-…

Laure-Marie est peintre populaire. Elle s’intéresse à la sculpture dès son jeune âge. Elle peint aussi des paysages campagnards et des scènes familiales. Elle expose avec ses frères et soeurs à Québec, Montréal et Trois-Rivières. Elle entre chez les Antoniennes de Marie. Elle continue à sculpter de menus objets et fait le crucifix des la chapelles des Antoniennes. Elle travaille en collaboration avec les prêtres, en paroisse.

Édith Bouchard      1924-

Édith est peintre populaire. Elle continue dans la lignée de ses soeurs. Ses peintures constituent un pittoresque document sur les moeurs canadiennes françaises. Elle expose au Musée des Beaux Arts de Montréal en compagnie des grands de l’époque. Elle entre chez les Antoniennes de Marie. Elle se consacre à l’oeuvre des prêtres. Elle continue de peindre.

Lucien Bouchard     1925-

Lucien sculpte beaucoup d’animaux dès son plus jeune âge. Il se mérite plusieurs prix. Il se consacre à la fabrication de meubles canadiens d’un genre bien particulier. Il se marie à Solange Lemoine et ils auront deux filles. Il poursuit son oeuvre de sculpteur.

Lionel Bouchard     1927-

Lionel a suivi des cours de menuiserie et d’électricité. Il entre chez les Rédemptoristes et pendant 22 ans, il travaille à construire des chapelles, autels et tabernacles sculptés et décorés de ses mains. Il enseigne son art pendant de nombreuses années à des jeunes. Il ira en Uruguay fonder l’Académie de menuiserie.

Joseph-Arthur Bouchard     1928-

Dès l’âge de 12 ans, il aiguise son couteau et sculpte. Il expose avec ses frères et soeurs. Il quitte la région et apprend le métier de briqueteur. Il peint plusieurs toiles et les expose à Montréal et aux États-Unis. Il se marie à Colette Tremblay et il aura trois enfants sont plusieurs oeuvrent dans les arts. Il sculpte beaucoup d’animaux.

Jean-Louis Bouchard     1930-1938

Aline Bouchard     1934-2002

Aline est la jumelle d’Alain. Elle termine ses études secondaires et aide, par sa fine cuisine, à la maison paternelle. Elle se marie avec Paul-Émile Labbé et, de ce mariage, naîtra cinq enfants dont certains oeuvrent dans les arts. Elle travaille comme cuisinière à Québec. À 50 ans, elle peint quelques tableaux qu’elle donnera en cadeaux à ses enfants.

Alain Bouchard     1934

Alain est le jumeau d’Aline. Il termine ses cours en charpenterie, plans et mécanique. Il possède une habileté manuelle exceptionnelle. Il entre chez les franciscains. Il deviendra missionnaire en Afrique, au Pérou et au Madagascar. Il consacre sa vie de missionnaire à promulguer l’idéal religieux de Saint-François à travers différentes Marie-Cécile Bouchard, peintre naif, Charlevoix, galerie la cornichecultures

Arthur Villeneuve

Arthur Villeneuve

Né à Chicoutimi en 1910, Arthur Villeneuve jouit d’une grande réputation. Tout commence en 1946, au moment où Arthur Villeneuve, pendant la messe dominicale, est touché par la lecture d’une lettre pastorale encourageant chacun à reconnaître et exploiter ses talents particuliers. Il a choisi la peinture pour porter son témoignage.

Il n’a jamais suivi de cours de dessin ni de peinture, il n’a pas de contacts avec d’autres peintres contemporains. Il exprime sur les murs de sa maison, à sa façon et sans artifices, sa vision du monde. Tiré du livre «Une maison pas comme les autres», Micheline Marion.

Arthur Villeneuve naît dans une famille ouvrière. Il fréquente l’école jusqu’en troisième année. Dès 1946, il exécute en autodidacte ses premiers dessins dans un cahier d’écolier et réalise quelques modèles réduits, qu’il nomme  » chef-d’oeuvrages « . En 1957, il abandonne son métier de barbier pour se consacrer entièrement à la peinture.

Il entreprend alors de recouvrir sa maison de fresques colorées illustrant l’histoire régionale, la géographie locale et sa vision du monde. Pendant près de deux ans, il travaille jusqu’à cent heures par semaine pour peindre les 510 m2 de surface que représentent les murs intérieurs, les plafonds et les deux façades de sa demeure. Situé au Bassin, un quartier populaire de Chicoutimi, le « Musée de l’artiste » ouvre ses portes au public en 1959. Arthur Villeneuve y accueille les visiteurs jusqu’à sa mort, en 1990.

Artiste prolifique, Arthur Villeneuve a également réalisé au cours de sa vie de nombreux dessins et tableaux. En 1964, l’Office national du film du Canada consacre un documentaire au travail du « peintre-barbier ». Le Musée des beaux-arts de Montréal organise une importante rétrospective de son oeuvre en 1972; la même année, Arthur Villeneuve est décoré de l’Ordre du Canada.

La maison est transportée en 1994 dans un espace d’exposition de La Pulperie de Chicoutimi, dont elle constitue aujourd’hui l’un des éléments majeurs de la collection. Reconnue objet du patrimoine historique et culturel du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à l’intérieur du bâtiment 1921 de La Pulperie une exposition et des documents audiovisuels relatent le déménagement spectaculaire de ce «chef d’oeuvre» et le témoignage de l’artiste (ONF, 1964).

Une visite guidée permet de découvrir les sources d’inspiration du peintre naïf en admirant les fresques qui tapissent les murs de sa maison.

chambredenfant.1

Sans aucune formation artistique, Arthur Villeneuve a su se tailler une place importante dans le paysage artistique québécois grâce à un talent brut, un style personnel et un imaginaire étonnant. Curieux de nature et doté d’un bon sens de l’observation, il a fait provision de points de vue, de sujets et d’images, comme autant de sources d’inspiration. Il a pris de nombreuses libertés dans la représentation des paysages naturels et urbains, mais il a aussi mêlé les époques. Il peignait ce qu’il ressentait, d’abord et avant tout. Sa carrière fut jalonnée par une production de près de 4000 tableaux et 2000 dessins.

Source: Musée de la Pulperie de Chicoutimi