Marie-Eve Cournoyer

Marie-Eve Cournoyer

Marie-Eve Cournoyer est une artiste dans la trentaine originaire de Sainte-Rosalie, en Montérégie. C’est vers l’âge de quinze ans qu’elle a développé sa passion pour les arts et plus particulièrement pour la peinture. Elle a entrepris une formation artistique au Centre de céramique Bonsecours puis s’est établie à Montréal en 2000. En 2004, Marie-Eve Cournoyer a complété un baccalauréat en Arts visuels de l’UQAM. Elle s’est alors présentée dans de nombreux symposiums et expositions à travers le Québec et l’Ontario où elle a décroché de nombreux prix. C’est dans le cadre de ces manifestations que Marie-Eve Cournoyer a eu des rencontres déterminantes avec des personnalités du monde artistique, parmi lesquelles figurent notamment Yvon Desgagnés et Chantale Hudon. L’imaginaire de l’artiste nous porte dans un monde ludique habité d’une multitude de personnages colorés. Les rois, reines, bouffons, clowns et autres figures qui habitent ses œuvres sont portés par des couleurs diaphanes et vives qui sont réalisées par différentes techniques qui interviennent simultanément. C’est en effet grâce à l’acrylique, à l’huile, au graphite et au collage qu’elle nous porte dans son pays imaginaire.

mec166.1feerique

 

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers lyrique et coloriste qui me hante depuis que je suis sur cette sphère. Ma démarche qui est sans cesse en développement est de surtout me dépasser et de sentir que mon travail avance et vient de  ma personne propre dans toute sa complexité et sa simplicité. Elle se traduit aussi dans mon travail  avec  l’exploration au niveau de matériau, des textures et des couleurs.

Dans un monde idéal il me surprend et me donne le vertige, ce qui me donne le goût de recommencer.

J’ai  tout d’abord commencé comme autodidacte avec la peinture à l’huile et ensuite l’aquarelle.

Aujourd’hui  j’aime jouer avec papier, acrylique, encre, huile et crayon.

Ensuite j’ai fait un DEP au centre de céramique Bonsecours à Montréal.

Et un BAC en création à l’UQAM où j’ai exploré plusieurs formes d’arts visuels comme l’estampe et la sérigraphie. L’exploration des autres disciplines artistiques me permet  d’avancer dans mon travail et me pousse dans mes réflexions personnelles.

J’ai présenté plusieurs expositions et symposiums  au Québec  ce qui, après quelques années (5 ans environ),  a été reconnu par mes pairs et j’ai également gagné quelques prix .

Quelques expositions solo et One of a kind show à Toronto durant  8 ans.

Quatre  couvertures de livres et quelques articles.

Tranquillement, je fais mon petit bonhomme de chemin dans ce métier que j’aime,  celui de créer des images qui font rêver et qui nous transportent dans nos convictions les plus profondes enfin c’est ce que je souhaite!

Je me suis taillé une place dans l’univers des  galeries d’art et depuis maintenant 10 ans que je travaille avec celles-ci, me permet de m’évader davantage dans mon travail.

Je suis  représentée dans les galeries suivantes:

Galerie Linda Verge, Québec

Galerie La Corniche, a Chicoutimi

Galerie Yvon Desgagnés, Baie-Saint-Paul.

Galerie Webster à Calgary

Galerie Town square ,Toronto

Galerie Coup de Cœur , Saint-Jean-Port-Joli.

Vézina, Andrée

Andrée Vézina

Peintre autodidacte, Andrée Vézina est née à Montréal en 1952. Elle vit et travaille à  Québec.

Andrée Vézina a terminé un baccalauréat en sociologie à Laval, tout en poursuivant parallèlement des cours de dessin dans les cégeps, musées et ateliers divers. Ses études terminées, elle intensifie ses recherches personnelles en art.

Explorer l’univers d’Andrée Vézina, c’est une belle échappée au rythme des saisons. C’est aussi participer à la danse des formes. C’est se délecter l’œil de l’équilibre des masses, aller à la rencontre des couleurs vibrantes et énergiques de ses personnages imposants, de ses musiciens, ses paysans et ses femmes d’ici et d’ailleurs. Et que dire des bouquets de fleurs à la facture relevée et étonnante.

Ses principales expositions solo ont eu lieu chez Pratt & Whitney de Longueuil (1986), à la galerie La Corniche de Chicoutimi (1987), à l’Alliance française d’Ottawa (1988) et à la Galerie Pierre Bernard de Montréal (1989). Elle a aussi participé aux expositions Les femmes peintres du Québec, au Musée Marc-Aurèle Fortin (1989) et les femmeuses.

Andrée Vézina a remporté les 2ième et 3ième prix de la Société canadienne d’aquarelle en 1984 et 1985. Elle a également été nommée artiste de l’année chez Pratt & Whitney, en 1986.

Andrée Vézina présente ses œuvres à la galerie d’art La Corniche depuis 1981.

Andrée Vézina fait partie du paysage des arts visuels québécois depuis plus d’une trentaine d’années. Elle travaille essentiellement par thème abordant des thématiques plus ou moins longues qui reviennent au fil de sa production.
Ses thèmes, liés aux saisons, vont et viennent en alternance. L’hiver, sa palette s’assombrit. Ceci s’explique par la luminosité ambiante et par l’intériorité inhérente à  cette saison. Apparaissent alors les musiciens, les danseurs de tango, les scènes théâtrales. Au printemps, la couleur revient. Les jaunes, les verts acides, les roses éclatent et livrent bataille à  des bleus glacés. Les thèmes du voyage reviennent alors. L’artiste exploite les lumières des pays plus ensoleillés, c’est le moment des tableaux portant sur les femmes d’Afrique, les pirogues vietnamiennes, le travail au champ ou dans les rizières.
L’été, la palette n’en finit plus de se réchauffer, elle juxtapose les rose, jaune, rouge, orangé et violet. Les couleurs et les tonalités deviennent plus vives, exacerbées. Avec elles, l’on retrouve les fleurs, les marchés de fleurs, les musiciens de rue. La fête quoi!
L’automne, le calme revient, les harmonies s’assourdissent. La saison qui commence avec l’abondance des marchés d’été puis d’automne se terminent par des natures mortes de fleurs fanées, séchées, de fruits de fin d’été glanés dans les marchés à travers champs et jardins oubliés. Les bruns, les ocres et les noirs sont maintenant dominants et appellent bientôt le retour des musiciens.
L’approche plastique de Vézina se caractérise notamment par les généreuses textures créées par l’emploi d’une matière abondante qui permet à l’artiste de morceler littéralement la pâte. Cette dimension confère un aspect très tactile à son travail, alors qu’elle inscrit sur la toile des motifs irréguliers qui parcourent l’ensemble de la surface. Le sujet semble émerger d’un magma qui donne naissance à une fusion entre la matière et la forme.
Ref. Robert Bernier in La peinture au Québec depuis les années 1960 Éditions de l’homme, pp. 327-328

 

Guide Vallée III.

Duchesne, Raymonde

RAYMONDE DUCHESNE (1945-2013)

Raymonde Duchesne est née au Lac St-Jean vivait à Québec; autodidacte, elle peint depuis 1975.Depuis 1979, les expositions se succèdent dans les principales villes du Québec et du Canada, ce qui lui assure une présence continue dans le milieu artistique.

Quotidien croqué sur le vif du silence, des huiles de Raymonde Duchesne émanent un sentiment d’éternité, un temps unique propre à l’artiste. Une horloge interne imaginaire donne à l’œuvre de Raymonde Duchesne un calme absolu, une tranquille sérénité. Un univers qui s’acquiert et s’apprivoise avec une douceur silencieuse.

« Tous sont nés dans l’œil du peintre, surgis un jour de son imaginaire et de sa mémoire . Hommes et  femmes, mères et enfants, sans réelle appartenance au temps présent dans leurs habits démodés, sans autres réels visages que ceux que l’on veut bien leur donner. Immobiles, sereins et parfois farouches, combien sont-ils à épier la moindre impulsion du monde extérieur, à s’en détourner peut-être ingénus et timides, combien sont-ils  à nous interpeller depuis leur monde de secrets silences?

Depuis 30 ans, Raymonde Duchesne invente les «siens» , leur dédiant au quotidien un  regard amoureux  fleurant la candeur et la nostalgie. À travers moult gestes de tendresse, d’attente, d’abandon et de rêverie elle a mis en peinture son propre parcours de vie jalonné de peines et de bonheurs, petits et grands.Tel est son œuvre …

Précieuse chronologie en images et en textes, comme autant d’étapes franchies, ce premier livre d’artiste se regarde comme un album de famille, une famille gravitant autour de l’image de la mère, de toutes les mères, la sienne en particulier.

Au fil des pages s’égrènent ainsi les scènes du genre qui, dans la manière et dans l’esprit, prolongent l’héritage «des natures mortes humaines» de Modigliani, des perspectives rabattues de Matisse ou, encore, des portraits énigmatiques de Lemieux. Mais, sous cette figuration toute simple imprégnée d’une douce naïveté, chaque tableau transporte l’anecdote en un lieu d’émotions .

Au total, 94 œuvres, comme autant de poésies silencieuses, d’états d’âme, d’états d’amour et de fragilité exposés, voilà ce que recèle ce livre d’artiste. Celui-ci se lit tel un journal intime dont les échos mélancoliques ou joyeux restent intemporels et combien familiers. »

Raymonde Duchesne nous quitte en septembre 2013.

Nicole Allard

Historienne de l’art

Desmeules, Dominique

Dominique Desmeules

Artiste de Chicoutimi, Dominique Desmeules utilise l’acrylique pour créer ses oeuvres. Tout le domaine végétal fait partie de son inspiration : les feuillages, les fleurs, le lichen sur les rochers…

Des semis à la floraison finale, elle aime jardiner du printemps à l’automne. Cela l’amène à observer l’ombre et la lumière ainsi que le mouvement occasionné par le vent dans les « belles talles de fleurs ».

La photographie permet à Dominique Desmeules de capter les moments lumineux de son jardin et ce, tout au long de l’année puisque les jardins d’hiver l’intéressent tout autant.

Un léger croquis sur la toile lui sert de point de départ. Passionnée de couleurs, elle aime s’amuser avec elles et ne les craint nullement puisque ces dernières lui permettent de créer le mouvement et la lumière dont elle a besoin dans la finalité du tableau

ddsaintvalentin1

Curriculum vitae

  • Etudes et ateliers
  • 1970-72                    CEGEP de Chicoutimi, DEC en arts
  • 1972-73                    UQAM, Montréal, Bac. en Design 2D
  • 1979-79                    Tapisserie Haute Lisse avec Marcel Marois
  • 2011                Atelier de créativité avec Seymour Segal, »La sagesse de l’insécurité »
  • 2012                Atelier de créativité avec Seymour Segal, « L’audace de l’authenticité »
  • Expositions solo / exhibitions solo
  • 2013                Heesu Gallery,Seoul,Corée,Mai
  • 2012                Galerie Vincent d’Indy, Boucherville, QC
  • 2009                Centre d’exposition CGI, Chicoutimi. QC
  • 2003                Butinage printanier, Galerie La Corniche, Chicoutimi, QC
  • 2000                Mon jardin, Galerie hôtel Holiday Inn, Jonquière, QC
  • 1999                Fantaisie florale, Bibliothèque publique, Falardeau, QC
  • 1998                Fantaisie florale, Centre des arts, Chicoutimi, QC
  • 1994                Premiers regards, galerie Les Maîtres Encadreurs, Chicoutimi, QC
  • Expositions de groupe /exhibitions group
  • 2013                Galerie La Corniche, Chicoutimi, Canada,Mai
  • 2013                Galerie Lamoureux Ritzenhoff, Montréal,Canada,Mai
  • 2013                Affordable Art Fair, Londres, Angleterre, Mars
  • 2013                Los Angeles Art Show, Janvier
  • 2013                Galerie Vincent d’Indy, Boucherville, QC
  • 2012-2013      Patrick International Fine Art Gallery, The Winter Solstice Show « Sui  Generis », Toronto, ONT. Décembre/janvier
  • 2012                KIAF, Korea International Art Fair, Séoul (Septembre)
  • 2012                Symposium Arts et Jardins de Boucherville,QC
  • 2012                FIMA,Festival international de Montréal,QC
  • 2012                Affordable Art Fair, Londres, Angleterre. Mars
  • 2012                Attahotel Galeria, Milan, Italie, 2 au 31 Mars
  • 2011                Edinburgh Art Fair, Scottland, Novembre
  • 2011                Affordable Art Fair New York, Septembre
  • 2011                Art Hamptons Fair, New York, Juillet
  • 2010                Contemporary Istanbul, Turquie, décembre
  • 2010                Singapour Art Fair, Singapour, novembre
  • 2010                Melbourne Art Fair, Australia, avril
  • 2010                Art Fair Tokyo, Japan, avril
  • 2010                Un peu ,beaucoup ,passionnément, Galerie Marie Turgeon,Québec
  • 2009                Contemporary Istanbul, Turquie, décembre
  • 2009                41.40 Latitud Norte, NES Galeria Zona 54, Buenos Aires
  • 2009                Arteclasica Buenos Aires, Argentine, novembre
  • 2009                Shangai Art Fair , Shangai, septembre
  • 2009                Pur plaisir, Galerie d’art Maistre, Trois-Rivières
  • 2008                Les artistes de la région vous attendent, galerie La Corniche, Chicoutimi
  • 2004                Rose célavie, galerie La Corniche, Chicoutimi
  • 2001                La fleur dans tous ses éclats, galerie Artérium, Chambly
  • 1995                Les artistes de la région, Couloir Expo du Musée de Chicoutimi
  • Projets spéciaux / special projects
  • 2012                Encan Croix Rouge, Section Québec, Novembre
  • 2009-2011      Agenda d’art  Utilis-Parcours
  • 2007-8                        Encan d’art, soirée bénéfice Orchestre symphonique du SLSJ
  • 2006-7-8-9     Encan d’art, Fondation canadienne du cancer
  • 2001                Affiche du Rendez-vous musical de Laterrière
  • Collections publiques et privées :
  •                         Bureau du député fédéral de Chicoutimi
  •                         Cain, Lamarre,Wells Avocats, Bureau de Chicoutimi
  • Associations :
  •                         AAPARS, Association des artistes peintres de la Rive-Sud
  •                         RAAV, Québec, Canada
  •                         CAPSQ, Québec, Canada
  • Couverture média /media newspaper, television
  • 2013                Arabella, article “Artists who paint flowers”, Mars
  • 2012                Le Progrès-Dimanche, article 2 pages, décembre
  • 2012                Journal La relève de Boucherville,Article, mars
  • 2011                           Arabella, Canadian Art, Architecture and Design, article 8 pages, Juillet
  • 2009                Journal Le Quotidien, articles, juillet et septembre
  • 2008                Radio Canada télévision, reportage aux nouvelles
  • 2008                Progrès-Dimanche, articles, août et décembre
  • 2008                Revue Parcours , article, été
  • 2007                TVA télévision, publicité Prestige pour Toyota
  • 2006                Progrès-Dimanche, article, juin
  • 2003                Progrès-Dimanche, article, mai
  • 2001                Le Quotidien, article Rendez-vous musical de Laterrière
  • 1998                Videotron télévision, reportage sur exposition « Fantaisie florale »
  • 2000 à 2010    Magazinart, Répertoire canadien des artistes en galerie

 

bleau.

 

Chiasson, Denis (Desson)

Denis Chiasson Desson

Comme d’autres artistes formés en conception graphique, Denis Chiasson (Desson) attache une grande importance à la composition du tableau. Une fois qu’un schéma est choisi, il en transpose le contour sur la toile qui est progressivement définie avec l’application de la couleur. Ce qui émerge est une peinture dont le sujet est mis en valeur par les lignes prononcées, angulaires et intenses. Ses couleurs fortes indiquent une sensibilité rare, rehaussant des images d’un style personnel unique.

Il peint pour raconter une histoire. Il raconte même qu’il aurait aimé être écrivain. Ces histoires ont une portée autobiographique que l’on peut deviner par le sujet masculin qui est sensiblement le même d’un tableau à l’autre. Denis Chiasson utilise des détails comme des livres, des animaux (surtout des chats) et la lune. Une des caractéristiques de son style est de comprimer ses personnages jusqu’à la marge.

Les nus féminins de Denis Chiasson sont particulièrement frappants et font exceptions à la règle dans les galeries d’aujourd’hui, où les nus ne sont pas particulièrement recherchés. Il traite les formes féminines avec modestie et respect, éliminant tout érotisme. Une grande intensité émane de ses compositions où les formes sont recueillies, dans des poses serrées. Regardant vers le bas, l’attitude réservée et, plus récemment, leurs yeux clos, ses jeunes femmes sont remarquables par leur intériorité et la contemplation qu’elles évoquent. Cette esthétique visuelle et l’introspection avec lesquelles il infuse ses sujets font de Denis Chiasson un artiste exceptionnel à découvrir.

La relève québécoise se porte très bien

 » Les images qui jaillissent dans mon esprit à la lecture d’un bon roman, un Kerouac ou un Simenon par exemple, je les répercute sur mes toiles comme je les ai perçues.  » Denis Chiasson, Desson de son nom d’artiste, puise son inspiration autant des personnages de romans, que de ceux de la vie quotidienne ou de son amour de la nature. Fort d’une expérience d’infographiste, d’illustrateur et de sérigraphe, il est arrivé à la peinture figurative il y a une vingtaine d’année. Ce n’est toutefois que depuis trois ans qu’il est représenté en galerie, une décision heureuse qui lui a permis de sortir d’une certaine forme d’anonymat propre aux artistes qui gèrent eux-mêmes leur carrière et de  » désencombrer  » son atelier tout en lui permettant de vivre de son art.

Comme plusieurs artistes qui ont reçu une formation en design graphique, Desson s’attache avant tout à la composition, le scénario sur lequel repose la création. Sa technique artistique débute avec une série de croquis. Le bon dessin choisi, Desson transcrit l’ébauche sur le canevas qui se définira progressivement avec l’application de la couleur. Naîtra ensuite une toile au sujet sublimé par des traits durs, angulaires et intenses. Ce processus méticuleux confère à ses œuvres une touche de perfectionnisme rarement égalé. Le choix des couleurs est à la fois vif et empreint d’une sensibilité peu commune ce qui donne naissance à une œuvre touchante et conférant à l’artiste un style qui lui est propre.

Ses nus de femmes sont particulièrement saisissants et font exception dans ce genre de moins en moins recherché par les galeristes. On y retient la pudeur et le respect avec lequel il traite ses sujets féminins dont l’érotisme est complètement évacué. Une grande intensité émane de ses compositions où les formes sont regroupées en postures serrées. Les regards bas, réservés, et plus récemment les yeux fermés des femmes qu’il dépeint, frappent aussi par l’intériorité et le recueillement qu’ils évoquent. Cette recherche visuelle et le regard intérieur qu’il fait porter à ses sujets font de Desson un artiste exceptionnel à découvrir.Outre la peinture figurative, il fait aussi dans le multimédia et l’illustration. Sa propension à recréer sur toile les images qu’il glane au fil de ses lectures l’amène naturellement à considérer l’illustration d’art comme support à des romans, des nouvelles ou des recueils poétiques. Message lancé aux écrivains qui voudraient voir leurs livres illustrés.

Denis Chiasson Desson artiste, lectrice endormie, galerie la cornicheDenis Chiasson Desson, papillons, femmes, galerie d'art la corniche