Marc Grandbois

Marc Grandbois

Résidant de L’Anse Saint-Jean au Québec, Marc Grandbois s’initie très jeune à la peinture aux côtés de sa mère elle-même peintre. Il complète ses Beaux-Arts à L’Université Concordia en 1991 et gagne rapidement une certaine notoriété comme peintre aquarelliste entre 1992 et 2002. Parallèlement à sa production, il enseigne la peinture et le dessin. Il participe également à de nombreux symposiums aux quatre coins de la province.

Las de l’incertitude financière souvent associé à la vie d’artiste, il met de côté le chevalet et les pinceaux une bonne dizaine d’années ne peignant qu’à l’occasion et acceptant quelques contrats. En 2010, il quitte la Mauricie pour le Saguenay. La beauté exceptionnelle du paysage et l’environnement unique du fjord motivent cette décision et seront les éléments déclencheurs à un retour à sa première passion; la peinture. Le paysage nordique est depuis toujours sa source d’inspiration. Son oeuvre se caractérise par la priorité donnée à l’athmosphère, le coup de pinceau désinvolte mais juste et la richesse de coloris. Sa palette, tantôt subtil, tantôt fauve s’ajuste au gré des ambiances qu’il veut créer. « Je crois fermement que l’art figuratif, en particulier le paysage, demeure très actuel s’il transcende le narratif et devient en quelques sorte une base à l’expérimentation de la gestuelle, de la couleur et de la lumière ». On retrouve les oeuvres de Marc Grandbois dans plusieurs collections publiques et privées au Canada et à l’étranger.

Saint-Gelais, Ann

Ann Saint-Gelais

Depuis les années ’80, Ann St-Gelais a abordé plusieurs facettes du domaine des arts en y travaillant comme agent de développement culturel, enseignante et graphiste.

Depuis ce temps, St-Gelais n’a cessé d’avoir une production artistique parallèle à ces divers emplois. On peut qualifier sa pratique de multidisciplinaire puisqu’elle a touché à des domaines aussi variés que le dessin, la peinture, la sculpture, le design, l’installation et l’infographie.

Ann Saint-Gelais se consacre entièrement à la peinture partage avec ses élèves sa passion pour l’Art.

Dans ses huiles, Ann Saint-Gelais est à la recherche constante d’une lumière pigmentaire. Dans ses compositions épurées s’exhale une atmosphère paisible et par son approche intuitive de la peinture, elle puise son inspiration dans sa Mémoire Fossile.

Cette théorie inépuisable de sensations visuelles est cultivée comme source d’inspiration créatrice pour l’artiste et nous ouvre des Mémoires Fenêtres sur son Histoire Personnelle.

Dans ses œuvres, Ann Saint-Gelais cherche à traduire l’essentiel du monde réel et nous invite à poser un regard méditatif sur la nature des choses.

St-Gelais, titulaire d’un baccalauréat en enseignement des arts plastiques à l’UQAC, est née en 1950 à Jonquière et vit toujours au Saguenay.

Ann Saint-Gelais expose à la Galerie d’art La Corniche depuis plus de 15 ans.

 

Bouchard, Mario

Mario Bouchard

Né à St-Urbain, Québec, en 1951, Mario Bouchard a grandi dans la belle vallée du Gouffre dans Charlevoix.  Dès son jeune âge, il fit la découverte d’un monde fabuleux qui prenait naissance sur sa feuille de papier, à l’aide d’un simple crayon de bois guidé par une main d’enfant inexpérimentée mais prometteuse.  Attiré par les Beaux-Arts, ennuyé par le travail scolaire, il cherche à développer ce talent naturel si satisfaisant.  C’est à l’adolescence, au moment où ses moyens financiers le lui permettent, qu’il réalise ses premières expériences avec un nouveau médium : la peinture à l’huile.  Plusieurs années passent et en 1986, il met fin à une carrière en administration, qui lui laisse peu de liberté, pour se vouer entièrement à son art.  Autodidacte, il perfectionne et personnalise sa technique.

Le style naturel et vibrant de Mario est un beau pacte émotionnel. Son respect pour le paysage est profond et fidèle.  Les scènes de Charlevoix et du Saguenay, pour la qualité de la lumière, sont pour lui une source constante d’inspiration.  Cette merveilleuse lumière tombe sur le fleuve ou la rivière, qui enveloppe montagnes et vallées, l’incite à tout capturer sur toile avant que tout change et disparaisse.  Le choix de ses sujets permettent au spectateur d’établir un rapport constant entre ses tableaux.  De préférence à des détails précis de la scène, il donne libre cours à ses pinceaux pour converger vers de paisibles moments, tout en laissant interpréter les détails par le spectateur, pour ainsi créer une familiarité avec le tableau.  De plus en incluant l’existence de l’homme dans ses paysages: tels; maisons, patriarche bâtiments, vieille bicyclette ou sentier dans un jardin paisible, le tableau invite la participation de l’observateur au récit.

Ce sont ces moments intimes qui nous soulagent de la complexité de la vie.  Son art pur et simple nous révèle son amour de la vie.

mb118débutnovembreansderochesMario Bouchard, paysage du Saguenay, galerie la corniche