Vaillancourt, Armand

Armand Vaillancourt

Délicatesse et démesure. La vie et l’oeuvre d’Armand Vaillancourt, inextricablement mêlées, s’inscrivent  entre ces deux extrêmes. L’engagement, la création et l’existence quotidienne de l’artiste forment un tout indivisible, même si au premier abord, l’abstraction des œuvres, gravures minimalistes ou sculptures monumentales, paraissent éloignées de toute démarche politique.

Fougue d’un homme qui a fait de sa vie une œuvre, et de son œuvre un combat inlassable contre toutes les injustices. Comme il aime à le dire lui-même, il est un « guerrier » qui a fait de son « je » depuis longtemps un « nous ».

Vaillancourt utile les matériaux, le bois, le bronze ou l’acier coulés, le polystyrène, le béton, la pierre, comme des objets à explorer et conquérir, de la performance publique de l’arbre de la rue Durocher (1953) – où il s’approprie un arbre de la ville de Montréal pour le transformer et lui donner une existence nouvelle, évoquant dans le même temps une relation intime entre l’art et l’écologie -, à la sculpture monumentale en béton, fontaine immense aux formes éclatées qu’il dédie au « Québec libre », lors d’une intervention musclée à l’occasion du vernissage, à l’Embarcadero plazza de San Francisco (1968), en passant par les bronzes et l’acier coulés, qui deviennent parfois performances publiques, et où l’intervention sur la matière brute rappelle en trois dimensions et à une grande échelle, par l’impression de mouvement et d’énergie qui en émanent, la peinture gestuelle d’un Pollock, l’ « automatisme » de Riopelle ou de Borduas.[1]

Les formes organiques et celles créées par l’homme, évoquant notre monde industrialisé, sont mêlées dans les sculptures, évoquant les liens intrinsèques de l’homme avec la nature.

De même, Vaillancourt refuse de séparer l’art et la politique. En témoignent les titres de ses œuvres : « Justice aux Indiens d’Amérique » (1957 : sculpture totémique en bois), « Paix, Justice et Liberté » (1989 : événement participatif), « Hommage aux Amérindiens » (1991-2 : assemblages de bois traités par l’industrie qui ressemblent à des tipis), « Le Chant des peuples » (1996 : forêt d’arbres colorés suspendus), « El Clamor » (1985 : sculpture-fontaine évoquant la répression dans les pays latino-américains)…

Tous ces titres révèlent la multitude des engagements d’Armand Vaillancourt, qui ne doivent pas faire oublier la force, l’originalité et la diversité de son œuvre, qui intègre la sculpture, minimaliste ou monumentale, la peinture, la gravure, les happenings, le théâtre, mais également la musique, qu’il lie intimement à son œuvre plastique : «… avant de voir mes sculptures dans ma tête, je les entends. »[2]. Ses performances de musique concrète[3], ses sons électroacoustiques créés pour des spectacles de danse ont suscité l’admiration d’un John Cage.

Entre Christ et Chamane, Armand Vaillancourt promène sa révolte et sa joie, ses revendications jamais tues, sa naïveté, portée par l’énergie de celui qui toujours s’étonne, s’écoeure ou s’émerveille.  Il fait de sa vie une œuvre d’art, sans jamais cesser de créer, inlassablement, sculptures, peintures, installations, gravures par milliers, dessins griffonnés sur des carnets d’esquisses, toujours bouillonnant, écartelé entre la vie et l’œuvre, trépignant de bonheur devant le « beau monde » qu’il rencontre.

Si les artistes sont « les fleurs de la société », comme l’affirme Armand Vaillancourt, il est la fleur épanouie à la vitalité persistante, revendiquant toujours ce qui « grince » avec la langue chatoyante d’un sage qui a su garder en lui mes étincelles brutes d’une enfance obstinée.

Anguéliki Garidis

armand vaillancourt, sérigraphie,

Biographies des artistes