Paul A. Caron (1874-1941)

Paul Archibald Caron (Montréal 1874-1941)

BIOGRAPHIE

Né à Montréal en 1874, Paul Caron est peintre aquarelliste, dessinateur, graveur et illustrateur. En 1891, il entre comme dessinateur dans une manufacture de vitraux de Montréal où il travaille pendant onze ans. Au début de cette période, il étudie le dessin avec E. Dyonnet au Conseil des arts et manufactures de Montréal, puis dans les cours de William Brymner à l’école de l’Art Association of Montreal. Maurice Cullen le enseigne le dessin dans la même école. Caron fait également de brefs séjours d’étude à New York et à Philadelphie.

De 1897 à 1908, il est dessinateur puis directeur artistique au quotidien La Presse de Montréal. Il collabore également au Canadian Magazine, au Saturday Night à Toronto, au Montreal life, ainsi qu’à L’Album universel du Monde illustré. Il travaille pour la Desbarats Advertising Agency pendant plus de vingt-cinq ans à partir de 1903, agence dont il finit par devenir directeur artistique. Il illustre entre autres des livres de légende (Sir Lancelot’s return), de mythologie (Helen and Aphrodite) et d’autres d’intérêt régional (Quebec Old and New, Saguenay).

SUJETS

Caron puise de préférence les sujets de ses peintures, dessins et gravures dans les différents quartiers de Montréal, mais certaines œuvres témoignent d’excursions à Québec en 1927, 1931, 1934, à Baie-Saint-Paul en 1935 et 1937 et à Saint-Hilarion en 1937. Ses paysages urbains et ruraux ainsi que ses décors hivernaux lui valent la reconnaissance générale, et ses cartes de Noël à l’aquarelle ou gravées sont largement diffusées.

 

TECHNIQUES

Caron fait plus souvent de la peinture, et surtout de l’aquarelle, que du dessin, produisant à l’occasion des gravures sur bois. Il participe à l’esthétique Art nouveau. Il s’intéresse peu à la symbolique et recherche dans ses mises en page un trait dépouillé et précis comme celui de l’américain John Sloan.

 

EXPOSITIONS

Caron envoie un carton de vitrail à l’Exposition universelle de 1900 à Paris et vingt et un de ses papiers figurent à l’exposition de la Newspaper Artists’ Association de Montréal en 1903. Il figure régulièrement aux expositions de l’Art Association of Montreal de 1905 à 1941 (posthume), à celles de l’Académie royale canadienne de 1904 à 1940. Il participe à des expositions collectives du Musée des beaux-arts du Canada en 1928 et en 1929 et de l’Ontario Society of Artists en 1930.

 

DISTINCTIONS

Caron obtient le prix Jessie Dow pour ses aquarelles et est élu associé de l’Académie royale canadienne en 1939.

 

COLLECTION

Ses œuvres dessinées ou gravées sont présentes au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée Stewart à Montréal, à l’Edmonton Art Gallery en Alberta, au Glenbow-Alberta Institute de Calagary et au Musée national des beaux-arts du Québec.

 

Source: David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord: peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes et orfèvres, Presses de l’Université Laval, 1992

Marie-Cécile Bouchard

Famille Bouchard de Charlevoix

Marie-Cécile Bouchard

C’est par un beau jour de septembre 1909 que

Joseph Bouchard et Alda Tremblay

viennent s’établir au Moulin César, une vieille maison de pierres, de style canadien, située dans le rang de la Goudronnerie à Baie-Saint-Paul.

C’est près d’une petite rivière qui fournissait la force motrice du moulin à scie, du moulin à farine et du moulin à foulon que ce couple élève leur famille de quinze enfants.

Le père est un industriel, un menuisier et même un cordonnier. Il fabrique des chaussures ornées de différents motifs. Pendant la saison froide, il sort ses outils et sculpte des jouets, découpe, dans l’écorce du bouleau, ses dessins: un cheval, une vache et un oiseau, à la demande des enfants. Dès qu’un enfant peut se servir d’un couteau, il lui en procure un, pour « gosser » disait-il.

La mère est une « Reine au foyer » de son époque avec une habileté artisane accomplie. Elle coud, tricote et peint des motifs à tapis enjolivés de fleurs et d’animaux.

Marie-Rosée Bouchard 1910-1994

Marie-Rosée, l’aînée, dès ses études primaires terminées, s’adonne aux soins de ses frères et soeurs. Elle aide sa jeune soeur Mary dans les travaux de tapis crochetés.

Rosée se marie à 26 ans à Léonidas Tremblay, cultivateur. Elle eut 8 enfants dont quelques uns oeuvrent dans le domaine artistique. Elle peignit, à 70 ans, quelques toiles dont elle fit cadeaux à ses enfants.

Mary Bouchard 1912-1995

Mary est peintre populaire. Elle débute par des dessins pour faire des tapis crochetés. Elle peint pendant une quinzaine d’années. Elle sent la valeur d’une couleur, ou d’un trait. Elle est connue à l’étranger et ses toiles ont été exposées dans plusieurs villes de États-Unis, du Brésil et dans certaines villes canadiennes. Ses plus belles toiles sont en possession de grands collectionneurs comme monsieur Patrick Morgan. Elle décède à 33 ans d’une maladie du coeur.

Albert Bouchard 1913-1920

Emma Bouchard 1914- 1920

Joseph-Stanley Bouchard 1916…

Joseph Stanley, dès l’âge de 15 ans, s’adonne à la sculpture. Il reproduit le Moulin à foulon, des animaux, la Vierge, le Père Éternel, des oiseaux, des légendes, etc. Il participe à de nombreuses expositions. Il opte pour le célibat.

Annette Bouchard 1918-1977

Annette s’adonne, dès son primaire au soin de ses frères et soeurs. Elle maniait l’aiguille et était une habile dentellière. Elle fabriquait des motifs de gâteaux spéciaux. Elle entra chez les Antoniennes de Marie où elle oeuvra auprès des prêtres.


Marie-Cécile Bouchard 1920-1973

Marie-Cécile est peintre populaire. Elle connaît une carrière éblouissante comme peintre. Ses sujets sont puisés dans Charlevoix. Elle entre chez les Antoniennes de Marie et disparaît pendant 23 ans. Elle revient en 1970. Elle suit des cours en Beaux-Arts. Ce fut un désastre! Elle revient au style naïf. On la surnomme « le peintre des traditions quotidiennes ». Elle expose à Montréal, Rio de Janeiro, Paris et New York.

Laure-Marie Bouchard 1922-…

Laure-Marie est peintre populaire. Elle s’intéresse à la sculpture dès son jeune âge. Elle peint aussi des paysages campagnards et des scènes familiales. Elle expose avec ses frères et soeurs à Québec, Montréal et Trois-Rivières. Elle entre chez les Antoniennes de Marie. Elle continue à sculpter de menus objets et fait le crucifix des la chapelles des Antoniennes. Elle travaille en collaboration avec les prêtres, en paroisse.

Édith Bouchard 1924-

Édith est peintre populaire. Elle continue dans la lignée de ses soeurs. Ses peintures constituent un pittoresque document sur les moeurs canadiennes françaises. Elle expose au Musée des Beaux Arts de Montréal en compagnie des grands de l’époque. Elle entre chez les Antoniennes de Marie. Elle se consacre à l’oeuvre des prêtres. Elle continue de peindre.

Lucien Bouchard 1925-

Lucien sculpte beaucoup d’animaux dès son plus jeune âge. Il se mérite plusieurs prix. Il se consacre à la fabrication de meubles canadiens d’un genre bien particulier. Il se marie à Solange Lemoine et ils auront deux filles. Il poursuit son oeuvre de sculpteur.

Lionel Bouchard 1927-

Lionel a suivi des cours de menuiserie et d’électricité. Il entre chez les Rédemptoristes et pendant 22 ans, il travaille à construire des chapelles, autels et tabernacles sculptés et décorés de ses mains. Il enseigne son art pendant de nombreuses années à des jeunes. Il ira en Uruguay fonder l’Académie de menuiserie.

Joseph-Arthur Bouchard 1928-

Dès l’âge de 12 ans, il aiguise son couteau et sculpte. Il expose avec ses frères et soeurs. Il quitte la région et apprend le métier de briqueteur. Il peint plusieurs toiles et les expose à Montréal et aux États-Unis. Il se marie à Colette Tremblay et il aura trois enfants sont plusieurs oeuvrent dans les arts. Il sculpte beaucoup d’animaux.

Jean-Louis Bouchard 1930-1938

Aline Bouchard 1934-2002

Aline est la jumelle d’Alain. Elle termine ses études secondaires et aide, par sa fine cuisine, à la maison paternelle. Elle se marie avec Paul-Émile Labbé et, de ce mariage, naîtra cinq enfants dont certains oeuvrent dans les arts. Elle travaille comme cuisinière à Québec. À 50 ans, elle peint quelques tableaux qu’elle donnera en cadeaux à ses enfants.

Alain Bouchard 1934

Alain est le jumeau d’Aline. Il termine ses cours en charpenterie, plans et mécanique. Il possède une habileté manuelle exceptionnelle. Il entre chez les franciscains. Il deviendra missionnaire en Afrique, au Pérou et au Madagascar. Il consacre sa vie de missionnaire à promulguer l’idéal religieux de Saint-François à travers différentes Marie-Cécile Bouchard, peintre naif, Charlevoix, galerie la cornichecultures